Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 24 octobre 2007

Mon voyage d'hiver (2003)


France
Date de sortie : 19 Novembre 2003
Réalisateur : Vincent Dieutre
Producteur : Emmanuel Giraud
Coproducteur : Kathleen de Béthune
Scénariste : Vincent Dieutre
Directeur de la photographie : Jean-Marie Boulet, Benoît Chamaillard
Monteur : Dominique Auvray
Mixage : Nathalie Vidal
Ingénieur du son : Patric Chiha
Drame
104 mn
Distribution :
Vincent Dieutre (Vincent), Itvan Kebadian (Itvan), Jorg Neitzert (Georg), Andreas Staier (Le Pianiste), Christoph Pregardien (Le Ténor), Hubert Geiger (Werner), Walter Muller, Patric Chiha, Daniel Sepec, Jean-Guihen Queyras.
Synopsis :
Vincent a quarante ans. Hanté par la figure de Schubert, cet homosexuel cultivé et fragile s'embarque avec son filleul Itvan pour un ultime et beau voyage : son voyage d'hiver. L'homme et l'adolescent traversent une Allemagne enneigée, battue par les vents et peuplée de fantômes. Entre blessures du passé et vastes chantiers de la réunification, l'homme tente de changer le regard d'Itvan sur ces villes, ces paysages, invoquant tour à tour l'histoire, la poésie et la musique. Au fil de ce parcours initiatique, fragmentaire et glacé, porté par les mélodies romantiques allemandes, l'homme voyage aussi à travers sa propre histoire...

Leçons de Ténèbres (2000)


France
Date de sortie : 17 Janvier 2000
Réalisateur : Vincent Dieutre
Producteur exécutif : Catherine Hannoun
Producteur délégué : Emmanuel Giraud
Scénariste : Vincent Dieutre
Directeur de la photographie : Jean-Marie Boulet, Benoît Chamaillard, Gilles Marchand
Monteuse : Ariane Doublet
Drame
77 mn
Distribution :
Andrzej Burzynski, Hubert Geiger, Vincent Dieutre, Leo Bersani, Antonio Iuorio
Synopsis :
Le film de Vincent Dieutre confronte l’érotique picturale des tableaux du Caravage avec la représentation actuelle de l'érotique gay. Deux histoires d'amour guident ce drame baroque où l’émotion surgit aussi bien du clair-obscur des corps amoureux que des superbes plans de paysages urbains et des tableaux.Trois villes, la nuit : Utrecht, Naples et Rome. Et un homme seul, homosexuel, qui les sillonne en quête désespérée de sensations et d'énergie. Autoportrait, journal intime filmé ? Un peu des deux sans doute, puisque le cinéaste en personne incarne cet homme sans nom, rôdeur mal rasé à la dérive, qui confesse en voix off, douce psalmodie, ses dragues furtives, sa relation avec un compagnon stable, sa désaffection pour le monde.

Rome Désolée (1995)


France
Réalisateur : Vincent Dieutre
Drame
70 mn
Synopsis :
Espèce de journal intime sans chronologie et sans états d'âme de la vie d'un jeune homosexuel dans la Rome des années quatre-vingt.

Sebastiane (1977)

Grande-Bretagne
Réaliateur : Derek Jarman
Drame
85 mn
Distribution :
Léonardo Treviglio, Neil Kennedy, Richard Warwick, Barney James, Donald Dunham, Daevid Finbar, Ken Hicks, lindsay Kemp, Steffano Massari, Janusz Romanov, Duggie Fields, Peter Hinwood, Gerald Incandela, Robert Medley
Synopsis :
Des intrigues conduisent l'Empereur Dioclétien à persécuter les chrétiens qu'il tolérait jusqu'alors. C'est pendant une fête célébrant le 20e anniversaire de son règne que son favori, le capitaine des gardes Sébastien, connaîtra le début de son martyre. Après les danses rituelles, on propose, pour terminer joyeusement la soirée, d'accuser un jeune page d'être chrétien et d'ordonner sa décapitation. Sébastien proteste avec une telle vigueur contre cette ignoble forfait qu'on le soupçonne de protéger les chrétiens. Il perdra son rang et sera éloigné du palais. Pendant son exil, Sébastien se lie d'amitié avec Justin le seul soldat qui ne l'humilie pas. Dépité, semble-t-il, de se voir préférer un inférieur, le centurion Séverus soulèvera ses hommes contre Sébastien dont on décidera le supplice et la mort.



Rimbaud Verlaine (1996)


Belgique, Italie, Grande-Bretagne, France
Date de sortie : 12 Février 1997
Titre original : Total Eclipse
Réalisateur : Agnieszka Holland
Producteur : Jean-Pierre Ramsay-Levi
Producteur exécutif : Staffan Ahrenberg, Jean-Yves Asselin, Pascale Faubert
Producteur délégué : Dan Weil
Scénariste : Christopher Hampton
Directeur de la photographie : Yorgos Arvanitis
Compositeur : Jan A.P. Kaczmarek
Monteuse : Isabelle Lorente
Directeur artistique : Nathalie Buck
Chef décorateur : Dan Weil
Costumier : Pierre-Yves Gayraud
Directrice du casting : Margot Capelier
Drame, Biopic
102 mn
Distribution :
Leonardo Dicaprio (Arthur Rimbaud), David Thewlis (Paul Verlaine), Romane Bohringer (Mathilde Maute), Dominique Blanc (Isabelle Rimbaud), Nita Klein (La Mère De Rimbaud), Felicie Pasotti Cabarraye (Isabelle Enfant), Christopher Hampton (Le Juge), James Thiérrée (Frederic), Denise Chalem (Mme Maute De Fleurville), Andrzej Seweryn (M. Maute De Fleurville), Christopher Thompson (Carjat), Bruce Van Barthold (Aicard), Christopher Chaplin (Charles Cros), Mathias Jung (André), Aza Declercq (Le Prostituée).
Synopsis :
1871. Rimbaud est un jeune poète en rébellion contre la société. Un jour, il rencontre Verlaine, un auteur plus conventionnel et plus âgé, marié à Mathilde. Verlaine abuse de l'alcool et se comporte mal avec sa jeune épouse. Pourtant, le père de cette dernière met à leur disposition une maison et un revenu confortable, afin qu'il puisse continuer à écrire. Rimbaud bouleverse la vie de Verlaine. Il se moque de son académisme, surgit constamment chez lui et s'attire l'amour obsessionnel de son aîné.

Carrington (1994)


USA, Grande-Bretagne, France
Réalisateur : Christopher Hampton
Producteur : John McGrath, Ronald Shedlo
Producteur associé : Chris Thompson
Producteur exécutif : Francis Boespflug, Philippe Carcassonne, Fabienne Vonier
Scénariste : Christopher Hampton
D'après l'oeuvre de Michael Holroyd
Directeur de la photographie : Denis Lenoir
Compositeur : Michael Nyman
Monteur : George Akers
Chef décoratrice : Caroline Amies
Costumière : Penny Rose
Biographie, Drame, Romance
120 mn
Distribution :
Emma Thompson, Jonathan Pryce, Steven Waddington, Samuel West, Rufus Sewell, Penelope Wilton, Janet McTeer, Peter Blythe, Jeremy Northam, Alex Kingston, Sebastian Harcombe, Richard Clifford, David Ryall, Stephen Boxer, Annabel Mullion
Synopsis :
En Angleterre, pendant la première guerre mondiale, Dora Carrington, jeune peintre de talent encore vierge, rencontre l'écrivain Lytton Strachey, célibataire excentrique et homosexuel, de treize ans son aîné. Elle ne tarde pas à succomber au charme étrange de cet homme malade et misanthrope, drôle et raffiné. Entre ces deux personnalités dissemblables naît une liaison platonique qui défie les convenances victoriennes. Lytton continue à voir des garçons et Dora finit par épouser un bel officier.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...