Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

lundi 25 octobre 2010

Les Petits mouchoirs (2010)


Année de production 2010
Sortie en salles 20 octobre 2010
France
Réalisateur : Guillaume Canet
Comédie dramatique
154 mn


Distribution :

François Cluzet (Max Cantara), Marion Cotillard (Marie), Benoît Magimel (Vincent), Gilles Lellouche (Eric  Ribaud), Jean Dujardin (Ludo), Laurent Lafitte (Antoine), Valérie Bonneton (Véronique Cantara), Pascale Arbillot (Isabelle Ribaud), Joel Dupuch (Jean-Louis), Anne Marivin (Juliette), Hocine Mérabet (Nassim), Louise Monot (Léa), Edouard Montoute (L'ami de Ludo au Baron), Mathieu Chédid (L'amant de Marie), Sara Martins (La copine lesbienne de Marie), Maxim Nucci (Franck), Pierre-Benoist Varoclier (Le serveur)  

Synopsis :

A la suite d'un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année. Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlées. Ils vont enfin devoir lever les "petits mouchoirs" qu'ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges.

Secrets de tournage.

Un film personnel

Guillaume Canet décrit Les Petits Mouchoirs comme étant son film le plus personnel à ce jour. Il déclare n'avoir jamais eu une telle facilité à écrire, mettant un peu de lui-même et de son histoire dans chaque personnage. Il estime également qu'il s'agit, jusqu'à présent, de son film le plus abouti.

Casting original

A l'origine, Guillaume Canet avait écrit le rôle d'Antoine pour lui-même. C'est en voyant le spectacle de Laurent Lafitte qu'il a changé d'avis et lui a offert le rôle.

Fondé sur sa propre histoire

En écrivant Les Petits mouchoirs, Guillaume Canet s'est inspiré des vacances qu'avaient pris ses amis proches alors qu'il était resté bloqué dans un lit d'hôpital à cause d'une infection. L'acteur en avait profité pour faire le point sur sa vie et ses relations.

Films de potes

Pour incarner cette bande de copains qui se retrouve chaque été au bord de la mer, Guillaume Canet a choisi de mettre en scène ses propres amis à la ville. Compagnon de Marion Cotillard qu'il connait depuis quatorze ans, le cinéaste a en outre usé les bancs du CM1 en compagnie de Jean Dujardin, avec qui il a également fait sa première communion. Benoît Magimel a connu Guillaume Canet en 1994 sur le téléfilm La Colline aux mille enfants et Anne Marivin est une amie du réalisateur depuis 15 ans.

Le titre ?

Selon Guillaume Canet, "les petits mouchoirs" sont ceux que l'on met sur nos problèmes pour ne pas les voir. Le titre renvoie donc au sujet principal du film, centré sur la question du mensonge à soi-même et aux autres.

L'écriture du film

L'écriture du scénario des Petits mouchoirs a pris cinq mois. Guillaume Canet s'en occupait même lorsqu'il tournait dans la journée. Il avoue l'avoir achevée en larmes, pendant le tournage en Finlande de L' Affaire Farewell de Christian Carion.

Corps et âme

Plus qu'investi dans le projet des Petits Mouchoirs, Guillaume Canet a souffert d'une paralysie faciale au moment où il commençait à écrire le scénario du film...

Connaissance des lieux

Alors que le film s'est tourné pendant le mois d'août 2009, Guillaume Canet a réuni tout le casting sur les futurs lieux du tournage, pendant 5 jours au mois de mai, afin qu'ils les connaissent bien avant d'y jouer et aient déjà passé des vacances là-bas.

Un tournage obsessionnel

Guillaume Canet explique que le tournage a été un moment intense mais compliqué pour lui : "J’avais envie que les acteurs ressentent les choses telles que je les avais ressenties à l’écriture. J’ai été assez obsessionnel, leur demandant de suivre à la virgule près ce que j’avais écrit, imaginé. Je n’ai jamais fait un film avec autant de passion".

De l'écran à la scène

Marion Cotillard et Maxim Nucci, qui joue l'un de ses amants, se connaissent très bien à la ville. L'actrice a en effet chanté et dansé pour "Yodelice", le groupe du chanteur-compositeur.

A l'écran comme à la ville

Valérie Bonneton et François Cluzet ont réellement été en couple à la ville.

Références

Guillaume Canet rêvait de faire un film de potes comme Husbands (1971) John Cassavetes, Un éléphant, ça trompe énormément (1976) d'Yves Robert ou Les Copains d'abord (1983) de Lawrence Kasdan.

Jouer sur le réalisme

L'équipe des Petits mouchoirs a souvent tourné avec deux caméras en simultané, afin que les acteurs aient une liberté absolue dans le jeu et puissent par exemple dans les scènes de groupe, se lever de table pour aller chercher un verre dans la cuisine sans craindre d’entrer ou de sortir du champ. "Après, moi, c'est au montage que j’ai créé le film, avec une matière infinie. C’est grâce à ça, toute mesure gardée, que j’ai réussi un film vivant où prévaut le rythme", explique le cinéaste.

Des films dans le film

Dans Les Petits mouchoirs, les deux films que regarde Marion Cotillard n'ont pas été choisis au hasard. Tout d'abord, la présence de Coup de tête de Jean-Jacques Annaud est l'expression de l'admiration du réalisateur Guillaume Canet envers l'acteur Patrick Dewaere. De même, la scène de la rencontre entre Gene Hackman et Al Pacino dans le film L' Épouvantail de 1973, l'un des films préférés de Guillaume Canet.

La révélation

Joel Dupuch, qui tient le rôle de Jean-Louis l’ostréiculteur dans Les Petits Mouchoirs, est un véritable ostréiculteur au Cap Ferret et est devenu un ami de Guillaume Canet. Il est "la révélation du film" pour le réalisateur. L'acteur avait déjà fait une apparition dans son deuxième film, Ne le dis à personne.

Danny Boyle à la rescousse

Venu présenter Les Petits mouchoirs au Festival International du Film de Toronto de 2010, Guillaume Canet a découvert que la projection dans la salle qui lui était réservée ne pouvait afficher le sous-titrage anglais. C'est alors que Danny Boyle (qui avait dirigé Canet dans La Plage), venu présenter son 127 heures, est intervenu en proposant de déplacer la projection de son film vers une salle plus petite. Canet et ses spectateurs ont marché dans les rues de Toronto jusqu'au cinéma retenu pour le cinéaste britannique, tandis que ceux venus pour voir 127 heures ont été priés d'attendre pendant une heure et demie l'installation d'un projecteur dans une autre salle, plus petite. (AlloCine)

Benoît Magimel en plein trouble.

Dans le casting masculin, aux côtés d'un François Cluzet gourmand et d'un Laurent Lafitte touchant en clown malgré lui, c'est Benoit Magimel qui remporte la mise en hétéro saisi par le doute, mari et père réalisant peu à peu qu'il est amoureux de son pote… François Cluzet! L'acteur est d'une finesse et d'une intelligence qu'on ne lui connaissait plus. Çà et là, on compare Les Petits mouchoirs avec Vincent, François, Paul… et les autres, Les Copains d’abord, Mes meilleurs copains et Husbands. Et cela ne sert rien de forcer. Avec cette comédie très humaine, Guillaume Canet prouve une nouvelle fois qu'il est un grand cinéaste. (Têtu)


Bande-annonce.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...