Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 25 août 2010

Danny Miller

Royaume-Uni : un acteur hétéro victime... d’homophobie.


Danny Miller a été agressé vendredi dernier parce qu'il est gay... dans une série. Hétéro dans la vraie vie, il s'en est sorti indemne.



Un acteur hétéro victime d’homophobie ? C’est le site Unreality Primetime qui rapporte l’information: Danny Miller, un comédien de dix-neuf ans du soap britannique Emmerdale, a été ce week-end victime d'une agression homophobe alors qu'il se trouvait à Manchester.

L'acteur venait d'assister à une pièce de son père, Vince Miller, également comédien. Accompagné d'un ami, il a d’abord été pris à partie par plusieurs individus, essuyant plusieurs insultes homophobes. «Pédé, tu te balades avec ton copain?» Un autre aurait crié: «C'est ce pédé de la télé. On va lui casser la gueule.» La situation a vite dégénéré et deux personnes ont effectivement tenté de le frapper.

Indemne.

Danny Miller s'en est cependant sorti sans une égratignure. Il l’a annoncé sur son Twitter pour rassurer ses fans: «J’ai été attaqué par deux mecs, mais je m’en suis sorti indemne. Je ne veux pas que les gens s’inquiètent.» Il a confirmé par la suite que l'agression avait un lien avec son rôle dans la série.

Emmerdale est diffusé depuis 1972 sur la chaîne ITV. Danny Miller y joue Aaron Livesy, un personnage qu'il incarne depuis 2005. Dans la réalité, l’acteur sort avec une de ses collègues, Kirsty Leigh Porter. Si même les hétéros ne sont plus à l'abri des agressions homophobes…

Regardez un «gay kiss» de Danny Miller dans la série «Emmerdale» :




Et une interview de Danny Miller avec des extraits de la série :




Sources & Photos : Têtu

Ricky Martin

Voici la couverture de l’autobiographie de Ricky Martin.

La belle page de garde des mémoires de la bomba latina vient de filtrer sur internet. Comme il l'avait révélé, cet ouvrage avait été le déclencheur de son coming out.


«Il y a quelques mois, j'ai décidé d'écrire mes mémoires, un projet qui, je le savais, aller m'amener à un tournant de ma vie. Dès lors que j'ai eu écrit la première phrase, j'ai été certain que ce livre allait être l'outil qui m'aiderait à me libérer de ces choses que je gardais en moi depuis si longtemps. Des choses trop lourdes pour que je les garde à l'intérieur.»

Telles étaient les paroles de Ricky Martin en mars dernier sur son blog, au moment même de révéler son homosexualité. Il y a quelques jours, sur Twitter, le chanteur portoricain révélait qu'il avait mis la dernière touche à son autobiographie, et qu'elle s'intitulait tout simplement Me (Yo pour la version espagnole). Et aujourd'hui, le quotidien USA Today vient de révéler la jolie couverture de l'ouvrage.

Sortie à l'automne.

Dans ce livre, la bomba latina devrait évoquer son enfance et son histoire en tant que membre du boys band Menudo, puis en solo. Il reviendra également, donc, sur son coming out, ainsi que son expérience en tant que père.

Me, la version anglaise, et Yo, la version espagnole, sortiront le 2 novembre prochain aux Etats-Unis. Pour l'instant, il n'y a pas de sortie française de prévue.

Sources & Photos : Têtu

90210 Beverly Hills

«90210 Beverley Hills»: Teddy va faire son coming out.

Au lieu d'introduire un nouveau personnage homo, les producteurs de cette série pour teenagers ont préféré faire évoluer la sexualité d'un des protagonistes. On ne s'en plaindra pas: il s'agit de Teddy, incarné par Trevor Donovan, qui n'est pas l'acteur au physique le plus déplaisant...


Bonne nouvelle pour les amateurs de séries: la troisième saison de 90210 Beverly Hills: Nouvelle Génération  verra l'un des protagonistes faire son coming out. Surprise: il s’agit de Teddy Montgomery (ci-dessus), joueur de tennis au sourire ravageur et au regard bleu piscine, présent depuis le début de la deuxième saison.

La nouvelle en a surpris plus d’un, y compris l’acteur Trevor Donovan, qui incarne Teddy. «Au début il était surpris, mais après coup il a été très excité» explique la productrice de la série, Rebecca Sinclair, dans une interview accordée au magazine américain EW. Elle ajoute que la sexualité de Teddy n’était pas prévue dès l'introduction du personnage lors de la deuxième saison. «Nous voulions écrire une histoire de coming out d’un personnage que nous connaissions déjà», se justifie-t-elle.

«Quelque chose de plus dramatique»

Ce n’est pas la première fois que la série explore le thème de l’homosexualité, Adriana (par ailleurs l’ex de Teddy), avait eu une relation lesbienne le temps de quelques épisodes. La productrice prévient les fans: «L’histoire d’Adriana était très légère, avec Teddy nous voulons quelque chose de plus dramatique. Teddy va complètement se remettre en question.»

Une intrigue prometteuse, d’autant plus qu’un petit ami a déjà été trouvé pour Teddy: il s’appellera Ian et sera joué par Kyle Riabko (ci-dessous). L’acteur de Broadway incarnera un personnage décrit comme «sûr de lui, drôle et tout à fait out». Une bonne nouvelle dans le monde policé de la télévision américaine, d'autant que la série n'a habituellement pas peur de tout montrer. Reste à voir si ce sera la même chose avec un couple homo...


Sources & Photos : Têtu

Stéphane Rideau

Gaël Morel et Stéphane Rideau bientôt réunis pour un nouveau film.

Stéphane Rideau dans "Presque rien"
Gaël Morel va faire à nouveau appel à Stéphane Rideau, son acteur culte, pour son prochain long métrage. Béatrice Dalle figure également au casting. Début du tournage à la fin de l'année.


On se souvient de leur duo dans Les roseaux sauvages de André Tecchiné (ci-dessus). Puis de leur collaboration dans A toute vitesse et dans Le clan. Gaël Morel, qui prépare son cinquième long métrage, S'enfuir avec toi, a de nouveau fait appel à son acteur fétiche.

Stéphane Rideau y incarnera, Vassili, un prostitué vieillissant aux pulsions criminelles. L'histoire commence lorsqu'il découvre un soir dans un bois un jeune homme inanimé, qu'il décide de recueillir chez lui... A ses côtés, on retrouvera Béatrice Dalle, aperçue dans New Wave, un téléfilm du même réalisateur. Le tournage démarrera en novembre prochain, entre la France, la Belgique, et le Luxembourg. Sortie probable fin 2011.

Sources & Photos : Têtu

Tropical Malady (2004)



Année de production : 2004
Sortie en France : 24 novembre 2004
Titre original : Sud pralad
Thaïlande, France
Réalisateur : Apichatpong Weerasethakul
Drame
118 mn

Distribution :

Sakda Kaewbuadee (Tong), Banlop Lomnoi (Keng), Sirivech Jareonchon, Udom Promma, Huai Deesom

Synopsis :

Keng, le jeune soldat, et Tong, le garçon de la campagne mènent une vie douce et agréable. Le temps s'écoule, rythmé par les sorties en ville, les matchs de foot et les soirées chaleureuses dans la famille de Tong. Un jour, alors que les vaches de la région sont égorgées par un animal sauvage, Tong disparaît. Une légende dit qu'un homme peut être transformé en créature sauvage... Keng va se rendre seul au couer de la jungle tropicale où le mythe rejoint souvent la réalité.

Secrets de tournage.

Prix du jury à Cannes

Présenté en compétition au Festival de Cannes 2004, Tropical malady y a décroché le Prix du jury, partagé avec Irma P. Hall, l'actrice de Ladykillers de Joel et Ethan Coen. Ce film thaïlandais avait profondément divisé les festivaliers : quelques sifflets ont été entendus à la fin de la projection, mais cette oeuvre radicale comptait également d'ardents défenseurs sur la Croisette. Il semble que cette division ait existé également au sein du jury, présidé par Quentin Tarantino.

Apichatpong l'expérimentateur

Tropical malady est le troisième long-métrage de Apichatpong Weerasethakul. Né en 1970 dans le Nord-Ouest de la Thaïlande, il suit des études d'architecture, puis tourne plusieurs courts-métrages. Son premier long, Mysterious Object at Noon (2000), est un film expérimental. Le réalisateur revendique d'ailleurs l'influence d'artistes tels que Andy Warhol, Marcel Duchamp ou encore Bruce Baillie. C'est avec son long-métrage suivant, le contemplatif Blissfully yours, présenté en Sélection officielle à Cannes, dans la section Un Certain Regard, que le cinéaste est révélé sur la scène internationale.

Un film coupé en deux

La particularité de ce film est de changer totalement de registre à sa moitié. Chronique réaliste dans sa première heure, il deveient ensuite une fable onirique. Bien des spectateurs, lors de la présentation du film à Cannes, avaient même pensé qu'une erreur de bobine était à l'origine de cette rupture déroutante... Apichatpong Weerasethakul s'explique : "Même si le film a une structure linéaire, il est fait de deux histoires qui ont lieu dans deux mondes différents. Ces territoires sont reliés par des personnages que le spectateur peut considérer comme étant les mêmes, ou non. L'important, ce sont les souvenirs. Les souvenirs de la première partie fécondent la seconde, tout comme la seconde partir féconde la première. L'une n'existe pas complètement sans l'autre."

Tournage dans la jungle

Tropical malady a été entièrement tourné dans la jungle du Nord-Est de la Thaïlande. Le preneur de son a d'ailleurs pu y capter des sons spécifiques à la forêt pour retranscrire à l'écran leur spécificité. "La jungle est un personnage à part entière", explique Apichatpong Weerasethakul. "Je voulais reparcourir le même endroit tout en le regardant différemment. Lorsque je suis dans la jungle, je vois un vaste espace de vie, une vie très différente des lois qui lui sont propres. Je ne crois pas que je pourrai un jour véritablement comprendre le monde animal. Cependant, j'emprunte ces paysaes pour y installer la "maladie" du film. Un monde étouffant qui n'est pas humain".

Entre le rêve et le conte

Le cinéaste revient sur l'atmosphère onirique dans laquelle baigne Tropical malady : "Je suis fasciné par le mystère, cela vient de mon enfant. J'ai grandi dans un hôpital, mes parents sont médecins. Ces lieux étranges où l'on conserve des membres dans des bocaux étaient un terrain de jeux pour les enfants. Les nuits étaient calmes et on nous racontait toujours des histoires de fantômes. Je suis fasciné par la simplicité quasi conceptuelle des contes et des légendes. J'ai donc construit le film comme un conte : des rencontres et un minimum de moments dramatiques."

Anna ose

Film très singulier, Tropical malady a pu se monter grâce à Anna Sanders films, société de production associant cinéma et art contemporain. Créée par le cinéaste Charles de Meaux -auteur de l'intrigant Shimkent hotel, sorti en 2003- et les artistes Philippe Parreno et Pierre Huyghe, Anna Sanders Films avait déjà financé Blissfully yours.

La maladie d'amour

Le réalisateur donne des précisions sur cette "maladie tropicale" qui donne au film son titre : "Je crois que nous en sommes tous atteints. Nous nous attachons à certaines choses, en particulier à la beauté de notre propre espèce. C'était déjà un thème de Blissfully yours, mais cette fois j'ai voulu montrer son aspect maladif. A un moment de notre vie, nous sommes quasiment "étouffés" par les merveilleux souvenirs de ceux que nous aimons. Les amants de Tropical malady succombent de leur amour". (AlloCine




Bande-annonce

Boys Grammar (2005)



2005
Australie
Réalisateur : Dean Francis
Drame
7 mn

Distribution :

Matt Levett (Gareth), Tom O'Sullivan (Nick), Anthony Phellan (Robert), Dan Fuerriegel (Ben), Adam J. Yeend (James), Jay Courtney (Alex), Andrew Threlfall (Steven), Matthew Gerathy (Jason)

Synopsis :

Violences sexuelles à l'école




Dirty Love (2006)



2006
USA
Réalisateur : Michael Tringe
Drame
6 mn

Distribution :

D.T. Matias (Hustler), Matthew Barry Ryan, Dustin Varpness (Derik)

Synopsis :

Une amitié entre deux jeunes hommes va être compromise lorsque l'un d'eux franchit la ligne...




Just (2007)



2007
USA
Réalisateur : David Maurice Gil
Drame
12 mn

Distribution :

Keo Woolford (Clyde), Edward Gunawan (Wayne), Jeffrey Walker (Clyde)



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...