Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

vendredi 28 mars 2008

The Anniversary Party (2001)

Sortie en France 23 mai 2001
USA
Réalisatrice : Jennifer Jason Leigh, Alan Cumming
Producteur : Joanne Sellar, Alan Cumming, Jennifer Jason Leigh
Coproducteur : Mike Nelson
Producteur associé : Lila Yacoub
Producteur exécutif : Andrew Hurwitz
Scénariste : Jennifer Jason Leigh, Alan Cumming
Directeur de la photographie : John Bailey
Compositeur : Michael Penn
Monteuse : Carol Littleton
Monteur son : James Lay
Mixage : Alex Gruzdev, James Lay
Costumier : Christopher Lawrence
Maquilleuse : Tina Roesler-Kerwin
1er assistant réalisateur : William Paul Clark
2ème assistant réalisateur : Dawn Massaro
Ingénieur du son David R.B. MacMillan
Chef accessoiriste : Eugene McCarthy
Bruiteur : Rick Partlow, Ellen Heuer
Cascadeurs : Dan Bradley
Chef machiniste : Gary Dagg
Perchiste : Harrison "Duke" Marsh, Perry Dodgson
Comédie dramatique
115 mn
Distribution :
Alan Cumming (Alan Cumming), Jennifer Jason Leigh (Jennifer Jason Leigh), John Benjamin Hickey (John Benjamin Hickey), Parker Posey (Parker Posey), Phoebe Cates (Phoebe Cates), Kevin Kline (Kevin Kline), Mina Badie (Mina Badie), Denis O'Hare (Denis O'Hare), Jane Adams (Jane Adams), Jennifer Beals (Jennifer Beals), Michael Panes (Michael Panes), Gwyneth Paltrow (Gwyneth Paltrow), Norizella
Synopsis :
Sally (Jennifer Jason Leigh), une actrice, et Joe (Alan Cumming), un écrivain, décident de fêter avec leurs amis leur sixième anniversaire de mariage. La soirée se déroule dans leur superbe demeure hollywoodienne et se présente sous les meilleurs auspices.Ont répondu à l'invitation Gina (Jennifer Beals) et Levi (Michael Panes), d'anciens flirts, Judy (Parker Posey) et Sophia (Phoebe Cates), des amis de longue date, Cal (Kevin Kline), Jerry (John Benjamin Hickey), Mac (John C. Reilly) et Clair (Jane Adams), des collègues de travail. Afin d'éviter de voir débarquer la police, Joe et Sally ont même convié Ryan (Denis O Hare) et Monica Rose (Mina Badie), leurs voisins.

L'Année des Treize Lunes (1981)



Date de sortie : 08 Juillet 1981
Titre original : In Einem Jahr Mit 13 Monden
Allemagne de l'Ouest
Réalisateur : Rainer Werner Fassbinder
Producteur : Rainer Werner Fassbinder
Scénariste : Rainer Werner Fassbinder
Directeur de la photographie : Rainer Werner Fassbinder
Compositeur : Peer Raben
Musique du générique Gustav Mahler
Monteur : Rainer Werner Fassbinder, Juliane Lorenz
Chef décorateur : Rainer Werner Fassbinder
Maquilleuse : Jo Braun
Interdit aux moins de 16 ans
Drame
129 mn
Distribution :
Volker Spengler (Erwin/elvira Weishaupt), Ingrid Caven (Zora La Rouge), Gottfried John (Anton Saitz), Elisabeth Trissenaar (Irene Weishaupt), Eva Mattes (Marie-Ann Weishaupt), Gunther Kaufmann (Le Chauffeur), Lilo Pempeit (Soeur Gudrun), Isolde Barth (Sybille), Karl Scheydt (Christoph Hacker), Walter Bockmayer (Seelenfrieda).
Synopsis :
Elvira est delaissée par son compagnon. Avec son amie Zora, une prostituée, elle part sur les traces de son passé.

Un Après-midi de chien (1976)

Sortie en France 30 janvier 1976
Titre original : Dog Day Afternoon
USA
Réalisateur : Sidney Lumet
Producteur : Martin Bergmann, Martin Elfand
Producteur : associé Robert Greenhut
Scénariste : Frank Pierson
D'après l'oeuvre de P.F. Kluge, Thomas Moore
Directeur de la photographie : Victor J. Kemper
Monteuse : Dede Allen, Angelo Corrao
Monteur son : Richard P. Cirincione
Directeur artistique : Douglas Higgins
Chef décorateur : Charles Bailey, Robert Drumheller
Costumière : Anna Hill Johnstone
Coiffeur : Philip Leto
Maquilleur : Max Henriquez, Reginald Tackley
Assistant réalisateur : Burtt Harris
2ème assistant réalisateur : Alan Hopkins
Directeur du casting : Michael Chinich, Don Phillips
Scripte : B.J. Bjorkman Cascadeurs : A.J. Bakunas
Photographe de plateau : Muky
Policier, Thriller
125 mn
Distribution :
Al Pacino (Sonny Wortzik), John Cazale (Sal), James Broderick (Sheldon), Penelope Allen (Sylvia), Sully Boyar (Mulvaney), Carol Kane (Jenny), Marcia Jean Kurtz (Miriam), Charles Durning (Inspecteur Moretti), Chris Sarandon (Leon), Lance Henriksen (Murphy), Dominic Chianese (Le Mari De Vi), Beulah Garrick (Margaret), Sandra Kazan (Deborah), Amy Levitt (Maria), John Marriott (Howard).
Synopsis :
Ce braquage aurait dû se faire en 10 minutes. 4 heures plus tard, la banque était devenu un véritable cirque. 8 heures plus tard, c'était l'événement le plus regardé à la télévision. 12 heures plus tard, tout cela faisait partie de l'Histoire... L'histoire vraie d'un homme qui tente un hold-up pour payer une opération à sa petite amie et se retrouve à la tête de la prise d'otage médiatisée à outrance... [L'un des malfaiteurs, Sonny, est marié à un jeune homme, Leon, qui veut changer de sexe. Sonny voulait de l'argent pour l'opération…]


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...