Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 31 octobre 2007

Les Innocents (1987)

France
Date de sortie : 23 Décembre 1987
Réalisateur : André Téchiné
Producteur : Philippe Carcassonne, Alain Terzian
Scénariste : André Téchiné, Pascal Bonitzer
Directeur de la photographie : Renato Berta
Compositeur : Philippe Sarde
Parolier (chansons du film) : André Téchiné
Chef décorateur : Zé Branco
Costumier : Christian Gasc
1er assistant réalisateur : Michel Béna
Ingénieur du son : Jean-Louis Ughetto, Dominique Hennequin
Drame
96 mn
Distribution :
Sandrine Bonnaire (Jeanne), Simon De La Brosse (Stéphane), Abdellatif Kechiche (Saïd), Jean-Claude Brialy (Klotz), Stéphane Onfroy (Alain), Christine Paolini (Maïté), Marthe Villalonga (La Patronne De L'Hôtel), Marie-France Garcia (La Chanteuse), Pierre Grisoli (Frankie), Tanya Lopert (Mme Klotz), Jacques Nolot (Le Docteur).
Synopsis :
Une grande ville du Sud de la France. Jeanne est venue assister au mariage de sa soeur Maïté. Celle-ci épouse un Maghrébin. Elle avoue se marier pour avoir un enfant et uniquement pour cette raison. Le jour des festivités, Jeanne retrouve avec joie son petit frère Alain. Malentendant, il ne parle qu'avec difficulté. Sauvage et fugueur, il se montre réticent à la tendresse que lui prodigue Jeanne. Cohabitation périlleuse entre les deux communautés; l'équilibre semble cependant se réaliser même s'il demeure très fragile. C'est dans ce climat que Jeanne fait des rencontres : Saïd est le grand frère spirituel, le véritable confident d'Alain; Stéphane essaie aujourd'hui de se réveiller; comme il le dit lui-même, il revient d'entre les morts; Klotz, son père, chef d'orchestre prisonnier de l'homosexualité et du whisky, a du mal à assumer sa situation de père. Une mystérieuse complicité unit Saïd et Stéphane. Jeanne les écoute, voudrait les comprendre, ramener avec elle son jeune frère, aider Stéphane à retrouver une vie normale, malgré l'opposition d'une mère trop possessive - Myriam. Jeanne aime Stéphane et Saïd. Stéphane a appartenu à un groupe d'extrémistes de droite. Une nuit, au cours d'une ratonnade, il s'en est pris à un pêcheur maghrébin, le rouant de coups et le défigurant. Saïd l'a vengé en poignardant Stéphane. Seul ce dernier connaît le nom de son agresseur, mais cache toujours la vérité à ses anciens amis. Jeanne est mise au courant par Saïd qui prévient en même temps Stéphane, lequel le dénonce. Saïd rompt avec Klotz et se prépare à repartir pour l'Algérie mais se ravise à l'ultime minute. Alain manque de se noyer en voulant rejoindre à la nage Saïd, qu'il croit parti. Lentement, il répond à l'affection de sa soeur. Saïd et Stéphane, qui, rongé de remords, a tenté de prévenir son frère ennemi, sont abattus par des commandos extrémistes devant Jeanne, qui n'a plus que son amour pour Alain.

Ice Men (2004)


USA
Réalisateur : Thom Best
Drame
108 mn
Distribution :
Martin Cummins, David Hewlett, Greg Spottiswood, Ian Tracey
Synopsis :
Cinq copains d’enfance se retrouvent le temps d’un week-end dans un chalet, en plein hiver, complètement isolés. Au cœur de ce huis clos, deux invités surprises vont jouer le rôle de catalyseurs et faire ressurgir des secrets bien gardés dans la bande de copains, des secrets qui menacent la survie même du groupe… Les tensions sexuelles, ignorées jusque-là, vont exploser et mettre à mal leur solide amitié… jusqu’au point de non retour…


L'Homme que j'aime (1997)


France
Réalisateur : Stéphane Giusti
Drame
87 mn
Distribution :
Jean-Michel Portal, Marcial Di Fonzo Bo, Mathilde Seigner, Vittoria Scognamiglio, Jacques Hansen, Stéphane Lévêque, Karim Lounis, Bernard Nissile, Bruno Bonomo, Stéphane Giusti, Benjamin Sanchiarelli, Serguei Tourountsev, Nedjib Djebarri, Louis Philippe Lopez, Elisabeth Giusti
Synopsis :
Martin aime les roses jaunes, le foot et les poemes de Paverse. A la piscine ou il est surveillant, il croise Lucas, le maitre nageur. Coup de foudre du brun electrique pour le blond reserve. Martin le poursuit jusque chez lui, ou son amie Lise l'accueille avec sympathie. Toujours effarouche et de plus en plus trouble, Lucas apprend par son pere, medecin a l'hopital, que Martin est atteint du sida, qu'il n'y aura pas de sursis. Par pitie, croit-il d'abord, par amour, s'avoue-t-il vite, il choisit de partager les derniers mois de la vie de Martin.


Good Boys (2006)



Israël
Titre original : Yeladim Tovim
Réalisateur : Yair Hochner
Drame
75 mn
Distribution :
Daniel Efrat, Yuval Raz, Nili Tzerruya, Ori Urian, Tomer Ilan, Gila Goldstein, Dvir Bandak, Benni Eldar, Danni Lachman, Mor Deri, Eyal Harel, Zoe Mor, Motti Dvir, Michael Hamel, Yuval Dushi, Dana Balalti, Idan Bosian, Yuval Gerstner, Eitan Reuven, Roi Hasel,Dan Donklblum, Matan Balalti, Yaron Mager, Or Shimonov
Synopsis :
Meni, 17 ans, travaille comme escort. Lors d'une passe il rencontre Tal, un autre jeune prostitué. Troublés, les deux jeunes garçons se découvrent et décident de passer la nuit ensemble. Le lendemain, ils s'éveillent différents, pleins d'espoir et se donnent rendez-vous pour le soir même. Mais le destin a-t-il décidé de réunir les deux garçons ou de les séparer à jamais ?

Fixing Frank (2005)



USA
Réalisateur : Michael Selditch
Comédie
104 mn
Distribution :
Dan Butler, Andrew Elvis Miller, Paul Provenza
Synopsis :
Le journaliste Frank Johnston est envoyé en secret par son copain, le psychothérapiste Jonathan Baldwin, pour écrire un article sur les pratiques du Dr. Arthur Apsey, un thérapeutte qui affirime pouvoir transformer un homme gai en parfait petit hétérosexuel. Jouant le patient, Frank tombe éventuellement sous le pouvoir de Apsey. Alors que la relation de Frank avec Jonathan se déteriore, une guerre psychologique éclate entre les deux docteurs, sous le coeur et l'esprit attentif de Frank.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...