Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

jeudi 31 janvier 2008

Les Choses de l'amour (1988)


Espagne
Titre original : Las Cosas Del Querer
Réalisateur : Jaime Chavarri
Musical
91 mn
Distribution :
Angela Molina, Andel De Andres Lopez, Manuel Bandera, Maria Barranco, Amparo Baro, Marie Carmen Ramirez, Juan Gea, Eva Leon, Diana Penalver, Santiago Ramos, Miguel Molina, Francisco Racionero, Rafael Alonso, Manuel Gallardo, Maria Paz Ballesteros, Maria Rus, Antonio Canal, Luis Barbero, Abel Viton, Ricardo Palacios, Joe Camroy, Francisco Cambres, Juan Calot, Candida Galan, José Cerro, Mria Elena Flores, Felix Navarro, Françis Lorenzo, Amado Cruz, Maruja Recio, Emilio Laguna, Emilio Del Valle
Synopsis :
Pepita, chanteuse dans un cabaret, rencontre pendant la guerre un militaire espagnol, Juan, qui s'éprend d'elle. Ils se retrouvent à la fin des hostilités et fondent un trio musical avec Mario, un jeune homosexuel ami de l'ancien soldat. Ils deviennent célèbres rapidement mais entre eux les choses se gatent ..... (Ciné Fiches)

Le Quatrième Homme (1983)


Pays-Bas
Titre original : De Veirde Man
Réalisateur : Paul Verhoeven
Drame, Thriller
95 mn
Distribution :
Jeroen Krabbé, Renée Soutendijk, Thom Hoffman, Dolf de Vries, Geert de Jong, Hans Veerman, Hero Muller, Caroline de Beus, Reinout Bussemaker, Erik J. Meijer
Synopsis :
Un écrivain célèbre sujet à d'étranges visions, à la fois morbides et érotiques, croise le chemin d'une femme fatale. Une histoire d'amour trouble où rêve et réalité se confondent Gerard Reve, écrivain fauché et alcoolique, donne une conférence au cours de laquelle il fait la connaissance de Christine Halsslag, une belle et riche veuve. Gerard et Christine passent la nuit ensemble. Mais le romancier est une nouvelle fois troublé par une vision angoissante : une femme en bleu, un cimetière et sa propre castration avec des ciseaux.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...