Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

dimanche 3 avril 2011

Les Soldats de l'espérance (1993)


1993
Titre original : And the band played on
USA
Réalisateur : Roger Spottiswoode
Drame
140 mn

Distribution.

Matthew Modine (Dr. Don Francis), Alan Alda (Dr. Robert Gallo), Patrick Bauchau (Dr. Luc Montagnier), Nathalie Baye (Dr. Françoise Barre), Christian Clemenson (Dr. Dale Lawrence), David Clennon (Mr. Johnstone), Phil Collins (Eddie Papasano), Bud Cort (L'Anthicaire), Alex Courtney (Dr. Mika Popovic), David Dukes (Dr. Mervyn Silverman), Richard Gere (Le Chorégraphe), David Marshall Grant (Dennis Seeley), Ronald Guttman (Dr. Jean-Claude Chermann), Glenne Headly (Dr. Mary Guinan), Anjelica Huston (Dr. Betsy Reisz), Ken Jenkins (Dr. Dennis Donohue), Richard Jenkins (Dr. Marc Conant), Tchéky Karyo (Dr. Willy Rozenbaum), Swoosie Kurtz (Mrs. Johnstone), Jack Laufer (Brian Mcdonough), Donal Logue (Bobbi Campbell), Steve Martin (Le Frère Religieux), Richard Masur (William W. Darrow), Dakin Matthews (Le Député Phil Burton), Ian Mckellen (Bill Kraus), Peter Mcrobbie (Dr. Max Essex), Lawrence Monoson (Chip), Jeffrey Nordling (Gaetan Dugas), Saul Rubinek (Dr. Jim Curran), Charles Martin Smith (Dr. Harold Jaffe), Stephen Spinella (Brandy Alexander), Lily Tomlin (Dr. Selma Dritz), B.D. Wong (Kico Govantes), Walter Addison (Le Responsable De La Banque Du Sang), Jill Andre (Le Porte-Parole De La Croix Rouge), Alan Barry (Un Patient Hémophile).

Synopsis.

En 1980 a Ebola, Centre-Afrique, une épidémie dont la nature est encore inconnue extermine le personnel et les malades d'un hôpital de brousse. Don Francis, jeune médecin américain, assiste, impuissant, a l'agonie d'une femme. Il comprendra plus tard qu'il s'agit du sida. Ce film retrace toute l'histoire de cette maladie depuis ses origines jusqu'au plus récentes données.


Extrait.

Gypsy Boys (1999)


1999
USA
Réalisateur : Brian Shepp
Drame
103 mn

Distribution.

Adam Gavzer (Steven), Robert Hampton (David), Tom McCann (Kevin), Jud Parker (Blair), Alberto Rosas(Manuel), Zeke Wheeler (Aaron), Andrew Ableson (Noel), Matt Boucher, Greg Crandall, Corey Schaffer, Matthew Williamson, LeGerald Normand, Jason White, Trevor Hale, Bryan Keller

Synopsis.

Steven et Blair sont un couple, mais ils ne peuvent pas convenir sur un type de relation. Manny et Aaron sont juste de bons amis. Manny veut plus, mais Aaron reste distant. En boîte ou en soirée, ces mecs se plaisent à montrer leur corps et à vivre des rencontres superficielles. Dans ce marasme où l'amour et les sentiments n'ont guère de place, certains vont commencer à se rapprocher, tentant difficilement de se détacher de cette consommation de sexe facile pour vivre quelque chose d'autre..

Journey of Jared Price (2000)


2000
USA
Réalisateur : Dustin Lance Black
Drame, Romance
96 mn

Distribution.

Corey Spears (Jared Price), Mark Marsh, Jarrad Webster(Javier), Josh Jacobson (Robert), Rocki Craigg (Mrs. Haines), Steve Tyler (Matthew Haines), Bryan Shyne (Andrew), Gillian Harris (Kate)

Synopsis.


Jared (Cory Spears) arrive en Californie avec pour seuls bagages une camera DV, sa confidente de toujours, et un sac à dos. Il finit par partager une chambre avec un prostitué local et cherche du boulot. Il lie connaissance avec son jeune voisin, Robert (Josh Jacobson), qui souhaite plus que de l'amitié...mais c'est en trouvant un travail auprès d'une ancienne actrice agée, Mrs Haines (Rocki Craig), que sa vie prendra un tournant inattendu.

Notes. 

Romantique et désabusé, The Journey of Jared Price est un petit film. Petit par le budget (environ 30 000 dollars), il est honnête dans sa démarche mais son manque évident de moyen couplé à l'amateurisme des dialogues et de certains acteurs plombent le film.

L'éveil à la personnalité, à la sexualité est un sujet souvent traité récemment par le cinéma gay américain. donnant parfois de très bons exemples (le meilleur étant Edge of Seventeen). Pas de chef d'oeuvre ici, mais une oeuvrette sympathique prenant le parti-pris du pris sur le vif. Le jeune héros utilisant une camera DV afin de capter en temps réel ses impressions au fur et à mesure de sa découverte de L.A et de lui-même. Le même principe venant d'être utilisé en France 3 anss après dans Ma Vraie Vie à Rouen (2003) d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau 

Un autre couple gay, trentenaire, est également au coeur du scénario. Ses préoccupations sur la pérennité du couple, de l'importance de la sexualité en son sein seront autant de torubles pour le jeune Jared qui se trouvera pris au piège par l'un des deux hommes.
Des scènes d'amour viennent également émailler le propos mais ne sont pas hélas toujours les bienvenues, cassant le rythme du film. Ceci ne remet pas cependant pas en cause la sincérité du propos. (Media G


Bande-annonce.

Little Boy Blues (2005)


2005
USA
Réalisateur : John McCrite
Drame
22 mn

Distribution.

Malcolm Gets (Michael), Adam Bloch (Zeno), Paul Denniston(Hugh), Edward E. Cohen, Steve Callahan, L.K. Avalar, Theron Hatch

Synopsis.

Michael est dans un bar gay et observe ce qui se passe autour de lui. Zeno l'observe de manière intensive en essayant d'attirer le regard de Michael.Michael finit par comprendre, mais ne semble pas prêt à réagir. Ils ont l'air différents. Michael ne sait même pas s'il a besoin de quelqu'un: il a perdu son ami il y a un an...

L'Ami (2010)


2010
Suisse
Réalisateur : Adrien Kuenzy 
Drame
18 mn

Distribution.

Baptiste Gilliéron (Andreas), Pascal Berney (Freddy), Simon Guélat (Samuel), Pascal Parizot (Maurice)

Synopsis.

Partagé entre l’amour qu’il porte à un garçon de son âge et l’ancienne relation qu’il a entretenue avec un employé de son père, Andreas, qui va bientôt avoir 20 ans, tente de se défaire de son premier amant pour se lancer dans une nouvelle histoire d’amour et vivre sa jeunesse. Mais les fils de son existence s’entremêlent, se resserrent, au moment où ses deux amis se rencontrent…

Greek Pete (2009)


Grande-Bretagne
Réalisateur : Andrew Haigh
Drame
75 mn

Distribution.

Peter Pittaros (Greek Pete), Lewis Wallis (Kai), Robert Day, Tristan Field (Barbara Bush), Barry Robinson, Liam Thompson, Rachel Whitbread

Synopsis.

Un film bouleversant qui raconte la vie des escorts boys gays, de Londres, et plus particulièrement celle de Pete, un escort boy charismatique et ambitieux, toujours partant, toujours chaud, l’incarnation éblouissante des fantasmes de ses clients. A Londres, désireux d’être le meilleur, Pete travaille dur, rêvant d’une nomination aux World Escort Awards de Los Angeles. Mais tout se complique lorsqu’il rencontre Kai, un autre escort, avec qui il entame une relation amoureuse difficile, car si Pete arrive aisément à séparer sa vie professionnelle de sa vie affective, Kai a le plus grand mal à partager son petit ami…


Bande-annonce.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...