Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

lundi 29 octobre 2007

Daniel Endormi (1988)

François Chaix
France
Réalisateur : Michel Béna
Scénariste : Michel Béna
Directeur de la photographie : Pascal Rabaud
Monteuse : Martine Giordano
Comédie dramatique
11 mn
Ditribution :
David Léotard, François Chaix, Christine Paolini, Pascal Bonitzer, Xavier Beauvois, Georges Montillier, Sandrine Chatrefou
Synopsis :
Au matin, Daniel quitte son compagnon après une dispute. Tout au long de la journée, il erre dans Paris, de rencontres de hasard en confidences sentimentales.
[Avec cet unique court métrage, primé au festival d'Angers, Michel Béna capte avec subtilité les incertitudes amoureuses d'un homosexuel en quête de lui-même, ces fragiles éclats de vie qui font le quotidien. Des thèmes que le cinéaste, mort prématurément, explorera avec une rare sensibilité dans son seul long métrage : "Le Ciel de Paris"]. "Forum des images"

Le Ciel de Paris (1991)

France
Date de sortie : 15 Janvier 1992
Réalisateur : Michel Béna
Producteur : Alain Sarde
Producteur délégué : Christine Gozlan
Scénariste : Isabelle Coudrier-Kleist, Cécile Vargaftig, Michel Béna
Directeur de la photographie : Jean-Marc Fabre
Compositeur : Jorge Arriagada
Monteuse : Catherine Schwartz
Chef décoratrice : Sylvia Laquerbe
Costumière : Françoise Clavel
Comédie dramatique
90 mn
Distribution :
Sandrine Bonnaire (Suzanne), Marc Fourastier (Marc), Paul Blain (Lucien), Evelyne Bouix (Clotilde), Tanya Lopert (La Fleuriste), Armand Delcampe (Le Père De Lucien), Xavier Beauvois (Le Soupirant), Pascal Bonitzer (L'Homme Au Téléphone), Pierre Amzallag (Theo).
Synopsis :
Jeune homosexuel mal dans sa peau, Marc(Marc Fourastier) partage un appartement avec son amie Suzanne(Sandrine Bonnaire). A la piscine, celle-ci, victime d'un malaise, est secourue par Lucien(Paul Blain)... dont Marc tombe amoureux. Or Lucien aime Suzanne. Une situation difficile à gérer pour ce trio devenu peu à peu inséparable et qui a des projets plein la tête...

Le Cavalier Noir (1961)


Grande-Bretagne
Titre original : The Singer, not the Song
Réalisateur : Roy Ward Baker
Producteur : Roy Ward Baker, Jack Hanbury
Producteur exécutif : Earl St. John
Scénariste : Nigel Balchin. D'après l'oeuvre de Audrey Erskine-Lindop
Directeur de la photographie : Otto Heller
Compositeur : Philip Green
Monteur : Roger Cherrill
Chef décorateur : Alex Vetchinsky, Arthur Taksen
Costumière : Yvonne Caffin
Drame
132 mn
Distribution :
Dirk Bogarde (Anacleto), John Mills (Père Keogh), Mylène Demongeot (Locha), Laurence Naismith (Le Vieil Oncle), John Bentley (Le Capitaine De Police), Eric Pohlmann (Le Président), Lee Montague (Pepe).
Synopsis :
Confrontation entre un bandit anticlérical et un curé de choc. Une jeune femme va successivement tomber amoureuse des deux hommes.

Cavafy (1996)


Grèce
Titre original : Kavafis
réalisateur : Iannis Smaragdis
Comédie dramatique
85 mn
Distribution :
Dimitris Katalifos, Vassilis Diamandopoulos, Mayia Lyberopoulos, Lazaros Georgacopoulos, Giorgos Moschidis, Lakis Lazopoulos,Alexis Damianos, Mirto Alikaki, Alexandros Koukos, Julia Souglakou
Synopsis :
1933. Constantin P. Cavafy, grand poète grec, reçoit la visite d'un jeune écrivain qui prépare une étude sur la vie du poète et désire son accord avant la publication. Au fur et à mesure de la lecture, Cavafy se perd dans ses souvenirs et les événements qui ont marqué sa vie ressurgissent. De Constantinople à Alexandrie, il retrace son histoire.Le film retrace le parcours du poete grec Constantin P. Cavafy a Alexandrie et durant ses voyages en Grece et à Constantinople. Par ses poemes, il exprime ses amours, sa passion pour les jeunes hommes, inconciliables avec l'epoque.

Brother To Brother (2004)


USA
Réalisateur : Rodney Evans
Drame
90 mn
Distribution :
Anthony Mackie, Larry Gilliard Jr., Duane Boutte, Daniel Sunjata, Alex Burns, Ray Ford, Aunjanue Ellis, Roger Robinson, Brad Bailey, Brian Everett Chandler, Kevin Jackson, Shantell Herndon, Billoah Greene, Ryan Michelle Bathe, Curtis L. McClarin
Synopsis :
Perry Williams est un jeune artiste talentueux qui travaille à New York. Le succès frappe à sa porte mais Perry craint de vendre son talent au plus offrant. En même temps, l'appui de sa famille est évasif tout en supportant les bavures homophobic de ses colocataires noirs, le rejet par son père, et le rapport décevant avec son amoureux. C'est alors que Perry rencontre Bruce Nugent, une légende vivante, qui fut poète et peintre de la Renaissance de Harlem, avec Langston Hughes, Zora Neale Hurston, et Wallace Thurman. Perry apprend donc que sa lutte n'est pas nouvelle...

Last Days (2005)


USA
Date de sortie : 13 Mai 2005
Réalisateur : Gus Van Sant
Producteur : Dany Wolf
Producteur associé : Jay Hernandez
Scénariste : Gus Van Sant
Directeur de la photographie : Harris Savides
Monteur : Gus Van Sant
Chef décoratrice : Sarah McMillan
Costumière : Michelle Matland
1er assistant réalisateur : Dany Wolf
Ingénieur du son : Leslie Shatz
Directrice du casting : Mali Finn
Directeur de production : Dany Wolf
Drame
97 mn
Distribution :
Michael Pitt (Blake), Lukas Haas (Luke), Asia Argento (Asia), Scott Green (Scott), Nicole Vicius (Nicole), Ricky Jay (Le Détective), Kim Gordon (La Représentante De La Maison De Disque), Harmony Korine (Le Type Dans La Boîte), Ryan Orion (Donovan), The Hermitt (Le Groupe Dans La Boite), Adam Friberg (Frère Friberg N°1), Andy Friberg (Frère Friberg N°2), Thadeus A. Thomas (Le Vendeur Des Pages Jaunes), Chip Marks (Le Tailleur D'Arbres), Kurt Loder (Voix À La Télévision), Michael Azzerad (Une Voix À La Télévision), Chris Monlux (Une Voix Au Téléphone), Gus Van Sant (Une Voix Au Téléphone), Jack Gibson (Une Voix Au Téléphone), Dawn Pavlonnis (Une Voix Au Telephone).
Synopsis :
Blake est un artiste replié sur lui-même que le succès a projeté dans un monde de solitude, où la survie de ses vieux amis, qui lui soutirent fréquemment de l'argent et des faveurs, repose sur ses épaules. On suit le parcours de Blake, fuyant sa propre vie, pendant une poignée d'heures passées dans sa propriété boisée.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...