Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

vendredi 21 décembre 2007

Gaspard Ulliel



Gaspard Ulliel (né le 25 novembre 1984 à Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, Île-de-France) est un acteur de cinéma français.

Biographie

Fils de stylistes, Gaspard débute sa carrière d'acteur dans un épisode d’Une femme en blanc avec Sandrine Bonnaire alors qu'il est encore au collège. C'est une amie de sa mère travaillant dans une agence de casting, qui l'avait inscrit dans les fichiers d'icelle et avait proposé au jeune garçon de faire l'acteur.
Il effectue sa scolarité à l'École active bilingue (EABJM) dans le 15e arrondissement de Paris où il obtient son bac.
En 1999, il tourne dans un court-métrage de Marina De Van, Alias, ensuite, il joue dans "Julien l'apprenti" au côté de Francis Huster puis il obtient en 2001 un petit rôle dans le film Le Pacte des loups de Christophe Gans.
Remarqué par Michel Blanc qui lui offre en 2002 un rôle dans son film Embrassez qui vous voudrez dans lequel il incarne un adolescent qui découvre l'amour et la sexualité. Cependant, il n'oublie pas qu'il voulait être réalisateur et entreprend donc des études de cinéma à l'université de Saint-Denis après le lycée, où il ne reste qu'une année et abandonne, déçu par le caractère trop théorique des cours...
Il participe tout de même à quelques stages d'été au Cours Florent, puis est choisi par André Téchiné pour jouer au côté d'Emmanuelle Béart dans Les Égarés.
En 2004, il obtient le rôle de Manech dans Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet adaptation du roman le plus connu de Sébastien Japrisot. Cette même année, il joue dans Le dernier jour de Rodolphe Marconi avec Nicole Garcia, Mélanie Laurent, Alysson Paradis et Christophe Malavoy.
En 2005 et 2006, on peut l'apercevoir dans La Maison de Nina de Richard Dembo avec Agnès Jaoui et dans le segment de Paris je t'aime réalisé par Gus Van Sant.
En 2007, il participe à son premier projet de cinéma dit de "grand public" dans Jacquou le croquant de Laurent Boutonnat, adaptation cinématographique de la série à succès du même nom, elle-même adaptée du célèbre roman d'Eugène Leroy.
Puis, contre toute attente, il décroche le rôle du jeune Hannibal Lecter dans le nouveau film de Peter Webber tiré du roman de Thomas Harris racontant la jeunesse d'Hannibal ainsi que son évolution vers le cannibalisme. Il s'agissait de son premier rôle en langue anglaise.

Récompenses et Nominations
Pour ces deux dernières prestations cinématographiques, il est nominé aux Césars en 2004 et 2005 dans la catégorie du Meilleur espoir masculin :
En 2004, il interprète Simon, un jeune adolescent torturé, fils de Nicole Garcia dans Le Dernier Jour de Rodolphe Marconi puis Manech, fiancé de Mathilde (Audrey Tautou) dans la grosse production de Jean-Pierre Jeunet, Un long dimanche de fiançailles.
Il est récompensé par le Prix Lumières, catégorie Jeunes espoirs, et reçoit l'Étoile d'or de la révélation masculine pour son interprétation dans le film Les Égarés, d' André Téchiné.
En 2005, il remporte donc le César du meilleur espoir masculin pour ce rôle d'un Bleuet naïf et amoureux envoyé sur le front pendant la Première Guerre mondiale.

Filmographie

1997 : Mission protection rapprochée (TV)

1997 : Une femme en blanc (TV)

1998 : Bonnes vacances (TV)
1998 : Juliette (TV)
1998 : La Bascule (TV)
1998 : Alias, de Marina De Van
2000 : Julien l'apprenti (TV)
2000 : Le Pacte des loups, de Christophe Gans

2001 : L'Oiseau rare (TV)
2002 : Embrassez qui vous voudrez, de Michel Blanc
2003 : Les Égarés, de André Téchiné
2004 : Tulse Luper Suitcases, Part 2 : The Vaux to the Sea, de Peter Greenaway
2004 : Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet
2004 : La Maison de Nina, de Richard Dembo
2004 : Le Dernier jour, de Rodolphe Marconi
2005 : Paris, je t'aime, de Olivier Assayas
2007 : Jacquou Le Croquant, de Laurent Boutonnat
2007 : Hannibal Lecter : Les Origines du Mal, de Peter Webber
2008 : La Troisième partie du monde d'Éric Forestier, en préproduction
2008 : Un barrage contre le Pacifique de Rithy Panh, préproduction

Prochainement : The Vintner's Luck, de Niki Caro
Prochainement : Le Sens de la nuit (projet), de Raoul Ruiz







Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...