Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 14 novembre 2007

Les Amis de Peter (1992)


Grande-Bretagne, USA
Date de sortie : 27 Janvier 1993
Titre original : Peter's Friends
Réalisateur : Peter's Friends
Producteur : Kenneth Branagh
Coproducteur : Martin Bergmann
Producteur délégué : Stephen Evans
Scénariste : Rita Rudner, Martin Bergmann
Directeur de la photographie : Roger Lanser
Compositeur : Gavin Greenaway
Interprète (chansons du film) : Kenneth Branagh
Monteur : Andrew Marcus
Chef décorateur : Tim Harvey
Comédie
101 mn
Distribution :
Stephen Fry (Peter Morton), Emma Thompson (Maggie Chester), Imelda Staunton (Mary Charleston), Hugh Laurie (Roger Charleston), Alphonsia Emmanuel (Sarah Johnson), Kenneth Branagh (Andrew Benson), Richard Briers (Lord Morton, Le Père De Peter), Phyllida Law (Vera), Alex Scott (Ii (Paul À 7 Ans), Alex Lowe (Paul À 17 Ans), Edward Jewesbury (M. Gooch).
Synopsis :
Le soir du nouvel an 1982, Peter et ses amis tentent d'animer un dîner pour le moins formel où des invités très élégants ne s'amusent pas du tout. Dix ans plus tard, Peter hérite du domaine familial et se trouve désemparé par la mort de son père. Désireux de retrouver la chaleur et la fraternité qu'il connut avec ses amis, il décide de convier pour le réveillon du nouvel an ses anciens camarades d'université.

Pas si grave (2002)

France, Espagne
Date de sortie : 05 Mars 2003
Réalisateur : Bernard Rapp
Producteur : Didier Creste
Producteur associé : Joël Leyendecker, Hubert Touint, Mate Cantero, Stéphane Sorlat
Scénariste : Bernard Rapp
Directeur de la photographie : Gérard de Battista
Monteuse : Françoise Garnault
Chef décorateur : Pepon Sigler
Costumier : Stéphane Rollot
Comédie
100 mn
Distribution :
Sami Bouajila (Charlie), Jean-Michel Portal (Max), Romain Duris (Léo), Léonor Varela (Angela), Pep Munne (Ramon), Pascale Roberts (Pilar), Alejandro Jodorowsky (Pablo), Jean-François Stévenin (Manolete), German Gobos (Gabo), Manuel De Blas (Miguel).
Synopsis :
Pablo, ancien combattant de la guerre d'Espagne, se sent sur le point de mourir. Il envoie alors Charlie, Max et Léo, ses trois fils adoptifs originaires de Liège, sur les traces de son passé mouvementé. Ces derniers croiseront sur leur route deux vieux anarchistes manipulateurs, un ancien torero tenancier de bistrot ainsi qu'un commandant qui confond sa caserne avec un opéra et Miguel, un capitaine de la Guardia Civil. Charlie trouvera l'amour aux côtés de la belle Angela, tandis que les deux autres trouveront un sens à leur propre vie.

Les Belles Manières (1978)


France
Réalisateur : Jean-Claude Guiguet
Producteur : Paul Vecchiali
Scénariste : Jean-Claude Guiguet, Gérard Frot-Coutaz
Directeur de la photographie : Georges Strouvé
Costumière : Nina Ricci
1er assistant réalisateur : Gérard Frot-Coutaz
Drame
90 mn
Distribution :
Hélène Surgère (Hélène), Emmanuel Lemoine (Camille), Martine Simonet (Dominique), Hervé Duhamel (Pierre), Nicolas Silberg (Georges), Victor Garrivier (Le Juge D'Instruction), Paulette Bouvet (La Fleuriste), Denise Farchy (La Dame Aux Journaux), Ingrid Bourgoin (Une Prostituée), Marie-Claude Treilhou (Une Prostituée), Howard Vernon (Le Directeur De La Prison), Cyrille Spiga (Le Premier Détenu).
Synopsis :
Camille, un jeune homme provincial et prolétaire, devient employé de maison chez une femme encore belle et séduisante, Hélène, bourgeoise aisée et éclairée qui l¹embauche pour s¹occuper de son fils reclus dans sa chambre depuis des années. Deux êtres, deux mondes se rencontrent. Parmi les bibelots et les fleurs, le rapport du jeune homme à cet univers clos, étrange et étranger, tourne bientôt à la tragédie...Les belles manières C¹est le premier long métrage de Jean-Claude Guiguet qui fut critique de cinéma et assistant de Paul Vecchiali. Le scénario dont les situations ne sont jamais très dramatisées est aussi simple que la mise en scène où plans moyens et plans d¹ensemble inscrivent les personnages dans le décor de leur vie quotidienne, pour les regarder vivre. Ces personnages parlent un langage qui correspond, chez chacun, au milieu d¹origine et à la position sociale, à la bonne éducation ou au prolétariat. Cette simplicité, cette exactitude créent, pourtant, une atmosphère étrange. La relation de la bourgeoise bien élevée et de l¹ouvrier est, d¹une certaine façon, un exemple de la lutte des classes. Mais, si le conflit feutré -et qui finit très mal- des Belles Manières naît de cette lutte, ses manifestations apparentes ou suggérées dépendent bel et bien de la nature, des sentiments, des pulsions individuelles d¹Hélène et de Camille. La bourgeoise habillée par Nina Ricci, joue constamment un rôle, cultive son narcissisme et sa féminité charmeuse malgré l¹âge ; elle dévore, doucement, le garçon mal dans sa peau, hanté par la misère et ses déchéances, par le désir et la répulsion de la femme. Camille n¹est pas intellectuellement armé pour comprendre le jeu d¹Hélène et le rôle qu¹y tient Pierre, le fils claustré. Ce film est fascinant par ses arrière-plans, ses mystères, ses équivoques sexuelles («de bon ton»), ses sinuosités souterraines. Hélène Surgère, actrice révélée par Paul Vecchiali, et qui fit partie, également, de l¹univers cinématographique d¹André Téchiné, incarne la dangereuse perfidie du matriarcat, l¹égoïsme souverain d¹une femme riche habituée à se montrer parfaite en toutes circonstances pour masquer son déséquilibre intérieur. Elle est sensationnelle.Pudique, sensible, écorché, marqué d'ambiguïté et de détresse, Emmanuel Lemoine (comédien non professionnel) est l¹excellent partenaire de cette Antinéa bourgeoise qui en a fait sa victime et dont on se dit qu¹elle garderait ses « belles manières» même en assistant à une exécution capitale, ce qui est, d¹ailleurs, un peu le cas.
Jacques SICLIER. «Télérama» (juin 1982)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...