Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 9 avril 2008

Je t'aime moi non plus (1976)


Sortie en France 10 mars 1976
France
Réalisateur : Serge Gainsbourg
Producteur : Jacques-Eric Strauss
Coproducteur : Claude Berri
Scénariste : Serge Gainsbourg
Directeur de la photographie : Willy Kurant
Compositeur : Serge Gainsbourg
Ingénieur du son : Antoine Bonfanti
Interdit aux moins de 16 ans
Drame
90 mn
Distribution :
Jane Birkin (Johnny), Joe Dallesandro (Krassky, Dit Krass), Hugues Quester (Padovan), Reinhard Kolldehoff (Boris), Gérard Depardieu (Le Paysan), Jimmy Loverman Davis (Moïse), Michel Blanc (Un Ouvrier), Claudia Butenuth, Alain David, Raoul Delfosse.
Synopsis :
Deux jeunes homosexuels, Krassky et Padovan, vivent du transport d'ordures dans leur camion. Un jour ils s'arrêtent devant un snack-bar tenu par une brute épaisse. Sa serveuse, Johnny, plait bien a Krassky. Mais celui-ci se revèle incapable d'honorer les charmes de la jeune fille...
Bande- annonce

Tapage nocturne (1979)

Année de production : 1979 France Réalisatrice : Catherine Breillat
Producteur : Pierre Sayag
Scénariste : Catherine Breillat
Directeur de la photographie : Jacques Boumendil
Compositeur : Serge Gainsbourg
Monteuse : Annie Charrier
Chef décorateur : Dominique Antony
Directeur de production : Jean Bastia Drame
94 mn Distribution :
Dominique Laffin (Solange), Marie-Helene Breillat (Emmanuelle), Joe Dallesandro (Jim), Bertrand Bonvoisin (Bruno), Gérard Lanvin (Le Type), Bruno Devoldere (Le Mari), Hubert Drac (Le Metteur En Scène), Dominique Basquin (Dorothée), Daniel Langlet (Bruel), (Frédéric), , Georges Mansart (Gérard), Anouk Grinberg.
Synopsis : Solange, une jeune femme de vingt-cinq, metteur en scene et mère d'une petite fille, vit avec son mari avec qui elle ne fait plus l'amour qu'épisodiquement. Bien que très attachée par ailleurs à un acteur bisexuel, elle continue à multiplier les expériences amoureuses, refusant delibérement les conventions de l'âge adulte, et préférant une vie faite d'aventures sans lendemain...

L'Araignée de satin (1986)


Sortie en France 26 Mars 1986
France
Réalisateur : Jacques Baratier
Scénariste : Jacques Baratier, Catherine Breillat
Directeur de la photographie : Roger Fellous
Compositeur : B. Gillet
Comédie dramatique
85 mn
Distribution :
Catherine Jourdan (Solange), Ingrid Caven (Madame De Challens), Alexandra Sycluna (Lucienne), Michel Albertini (L'Inspecteur Levron), Daniel Mesguich (L'Abbé Pioch), Roland Topor (Le Docteur Aubryon), Jacques Baratier
Synopsis :
L'action a pour cadre une pension de jeunes filles vers 1920, à la veille des vacances, dans le climat bien pensant d'une étouffante après-guerre. La fugue d'une élève déclenche l'intervention d'un étrange inspecteur de police qui devient insensiblement le complice du crime qu'il devait empêcher.

Escalier C (1985)

Sortie en France 06 Juin 1985
France
Réalisateur : Jean-Charles Tacchella
Producteur : Marie-Dominique Girodet
Scénariste : Jean-Charles Tacchella
D'après l'oeuvre de Elvire Murail
Directeur de la photographie : Jacques Assuérus
Compositeur : Raymond Alessandrini
Monteuse : Agnès Guillemot
Comédie dramatique
102 mn
Distribution :
Robin Renucci (Foster Lafont), Jean-Pierre Bacri (Bruno), Catherine Leprince (Florence), Jacques Bonnaffé (Claude), Jacques Weber (Le Peintre Conrad), Claude Rich (M. Lafont, Le Père De Foster), Michel Aumont (Joss, Le Typographe), Hugues Quester (Ai, L'Ami De Claude), Catherine Frot (Béatrice), Florence Giorgetti (Charlotte), Fiona Gelin (Vanessa), Gilles Gaston-Dreyfus (Virgile), Mony-Rey (Madame Bernardt), Constance Schacher (La Petite Anita), Jean-Claude Jay (Messinger).
Synopsis :
Dans l'escalier C de cet immeuble du 14ème arrondissement de Paris, toutes sortes d'histoires s'entrecroisent, celles des jeunes locataires qui se connaissent tous.

Kiss Kiss (Bang Bang) (2001)

Sortie en France 07 novembre 2001
Grande-Bretagne
Réalisateur : Shane Black
Producteur : Joel Silver
Scénariste : Shane Black, Brett Halliday
D'après l'oeuvre de Brett Halliday
Directeur de la photographie : Michael Barrett
Compositeur John Ottman
Chef décorateur : Aaron Osborne
Ingénieur du son : Stephen A. Tibbo
Comédie, Thriller
96 mn
Distribution :
Stellan Skarsgard (Félix), Chris Penn (Bubba), Paul Bettany (Jimmy), Allan Corduner (Big Bob), Jacqueline Mckenzie (Sherry), Martine Mc Cutcheon (Mia), Sienna Guillory (Kat), Ashley Artus (Mick Foot), Peter Vaughan (Daddy Zoo).
Synopsis :
A force de commettre des erreurs, de rater ses cibles ou de flinguer la mauvaise personne, Félix doit se rendre à l'évidence : à 50 ans, il serait grand temps de prendre sa retraite et de raccrocher les armes. Le problème dans ce genre de profession, c'est qu'on ne tire pas sa révérence comme ça. L'ensemble de la profession voit effectivement d'un très mauvais oeil ce repos bien mérité. C'est au moment même où Félix se déniche un travail pépère de garde du corps d'un grand garçon de 33 ans dénommé Bubba, et qu'il apprend qu'il va être papa, qu'une horde de gangsters se lance à la poursuite du célèbre mais vieux tueur à gages…
Bande-annonce

Carandiru (2004)

Sortie en France 02 juin 2004
Brésil
Réalisateur : Hector Babenco
Interdit aux moins de 12 ans
Drame
146 mn
Distribution :
Luiz Carlos Vasconcelos (Le Médecin), Milton Gonçalves (Seo Chico), Ivan De Almeida (Moacir, Alias Ebony), Ailton Graça (Highness), Caio Blat (Deusdete), Gero Camilo (Sem Chance), Maria Luisa Mendonça (Dalva), Rodrigo Santoro (Lady Di), Lazaro Ramos (Ezequiel).
Synopsis :
La prison de Carandiru, à São Paulo, est la plus grande d'Amérique latine. Dans cet endroit surpeuplé et délabré, un célèbre médecin doit mener un programme de prévention contre le sida. Habitué à la médecine haut de gamme, il va devoir apprendre à se débrouiller en se fiant à son instinct.Peu à peu, il découvre les détenus, leur monde à part, leur humanité et leur fabuleuse envie de vivre. A force de contacts et de temps, il gagne leur respect et partage leurs secrets.A travers son regard, c'est toute la tragédie sociale d'un pays qui se révèle, jusqu'au jour du terrible massacre de Carandiru...
Critiques :
CinéLive
"(…) Le petit théâtre qui se déploie entre ces murs ne s’inquiète guère de la caricature : tout ici est plus fort, plus grave, plus drôle parfois aussi qu’à l’extérieur. (…) On aime ou on aime pas mais il ménage magnifiquement ses effets avec le talent de l’humaniste convaincu.(…) " Xavier Leherpeur (article entier disponible dans Cinélive n°80, page 58)
Première
(…) Sa ville-prison est décrite comme un microcosme du monde extérieur où les personnages circulent librement et n’ont pas l’air plus malheureux que dans la vie normale. (…) Délibérée ou non, cette absence de sentiment d’enfermement retire toute crédibilité au projet, aussi humaniste soit-il." G.D . (article entier disponible dans Première n°328, page 38.)
Le Monde
"(…) On ne voit de l'univers carcéral brésilien qu'un paysage pittoresque, décoré d'une galerie de portraits dont certains ont été décrochés du musée universel du cinéma carcéral (le vieillard à l'âme pure, le tueur sévère mais juste) et d'autres relèvent du folklore délinquant brésilien (le travesti, le footballeur), l'incarnation de ces archétypes incombant entièrement aux acteurs. Certains s'en tirent avec les honneurs..." Thomas Sotinel (article entier disponible sur le site du Le Monde .)
Télérama
(…) Deux ou trois éclairs inspirés (…) prouvent par contraste, que Babenco est passé à côté d’un grand film (…) ." Jean-Claude Loiseau (article entier disponible sur le site de Télérama)
Site officiel
Bande-annonce, Extraits
Album Photos

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...