Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mardi 27 novembre 2007

Les Garçons de la bande (1970)


USA
Titre original : The Boys In The Band
Réalisateur : William Friedkin
Producteur : Mart Crowley
Producteur exécutif : Dominick Dunne, Robert Jiras, Kenneth Utt
Scénariste : Mart Crowley,
D'après l'oeuvre de Mart Crowley
Directeur de la photographie : Arthur J. Ornitz
Monteur : Gerald B. Greenberg, Carl Lerner
Chef décorateur : John Robert Lloyd, Philip Smith
Drame
108 mn
Distribution :
Kenneth Nelson (Michael), Peter White (Alan), Leonard Frey (Harold), Cliff Gorman (Emory), Frederick Combs (Donald), Laurence Luckinbill (Hank), Keith Prentice (Larry), Robert La Tourneaux (Cowboy), Reuben Greene (Bernard), Maud Adams (Modèle Photo), Elaine Kaufman (Une Passante).
Synopsis :
Harold fête son anniversaire chez Michael. Ses amis lui ont réservé un présent peu commun : un beau jeune homme. La soirée se déroule bien mais se dégrade sous l'effet de l'alcool. Chacun laisse alors éclater ses rancoeurs.

Les Garçons d'Athènes (1998)


Grèce
Titre original : From the edge of the city
Réalisateur : Constantinos Giannaris
Comédie dramatique
94 mn
Distribution :
Papadopoulou, Andreas Papoulidis, Dimitris Papoulidis, Giorgos Pasalidis, Eleni Philippa, Anestis Polychronidis, Christos Polychronidis, Nina Polychronidou, Denis Prasodas, Orpheas Prasodas, Paulina Santalova, Marina Sidiropoulou, Evri Sophroniadou, Katerina Takouli, Savvas Tilikigeridis, Stelios Tsemboglidis, Theodora Tzimou, Anastasios Vasiliou, Silvia Venizelea, Panagiota Lachosotirou, Argyris Xafis
Synopsis :
Sorties en boîte, virées en décapotable, tournées des bordels, escroqueries, drogues et racolages : c'est le quotidien d'un groupe de jeunes Russes immigrés habitant les faubourgs d'Athènes. Dénué de scrupule, Sasha vend son corps pour se faire de l'argent et son âme pour se faire un nom. Quand son boss lui confie enfin une mission de confiance, Sasha est soudain confronté à ses désirs les plus secrets...

Fraise et Chocolat (1993)


Cuba
Titre original : Fresa y Chocolate
Réalisateur : Juan Carlos Tabio, Tomas Gutierrez Alea
Dame
111 mn
Distribution :
Jorge Perugorría, Vladimir Cruz, Mirta Ibarra, Francisco Gattorno, Joel Angelino, Marilyn Solaya, Andrés Cortina, Antonio Carmona, Ricardo Ávila, María Elena del Toro, Zolanda Oña, Diana Iris del Puerto
Synopsis :
En 1979 , Diego, homosexuel cultivé et marginal, vit à La Havane et aime beaucoup son pays ainsi que ses traditions. Il rencontre David, un jeune étudiant universitaire, hétéro, inculte et militant de la Jeunesse Communiste qui va se mettre à l'espionner, le considérant comme un dissident du régime castriste . Avant que ne s'établisse entre eux une authentique relation amicale, ils devront apprendre à dépasser leurs préjugés respectifs...

Farinelli (1994)


Italie, France, Belgique
Date de sortie : 07 Décembre 1994
Réalisateur : Gérard Corbiau
Producteur : Véra Belmont
Producteur exécutif : Linda Gutenberg, Dominique Janne, Aldo Lado, Stéphane Thenoz
Scénariste : Marcel Beaulieu, Gérard Corbiau, Andrée Corbiau
Directeur de la photographie : Walther van den Ende
Monteuse : Joëlle Hache
Chef décorateur : Gianni Quaranta
Costumière : Olga Berluti, Anne De Laugardière
Ingénieur du son : Jean-Paul Mugel, Dominique Hennequin
Comédie dramatique
116 mn
Distribution :
Stefano Dionisi (Farinelli / Carlo Broschi), Enrico Lo Verso (Ricardo Broschi), Elsa Zylberstein (Alexandra), Caroline Cellier (Margareth Hunter), Marianne Basler (La Comtesse Mauer), Jacques Boudet (Philippe V), Graham Valentine (Prince De Galles), Pier Paolo Capponi (Le Père), Jeroen Krabbe (Handel).
Synopsis :
L'histoire de Farinelli, célèbre castrat, devenu une légende de son temps et qui arrêta brusquement sa brillante carrière pour suivre le roi d'Espagne.En 1740, à Madrid, Farinelli a choisi depuis trois ans de vouer sa voix à la seule guérison du Roi Philippe V d'Espagne. Depuis sa castration à dix ans, Carlo Broschi, dit Farinelli, a conqui les foules napolitaines, puis européennes de sa voix pure, tandis que Riccardo, son frère ainé, compose pour lui et "concrétise" avec les femmes que son cadet a séduites. A Londres dès 1734, le castrat travaille pour Porpora, compositeur au théâtre de la Noblesse.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...