Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

jeudi 11 octobre 2007

Ami - Amant (1998)


Espagne
Titre original : Beloved Friend
Réalisateur : Ventura Pons
Comédie dramatique
90 mn
Distribution :
Joseph Maria Pou, Rosa Maria Sarda, David Selvas, Irène Montala, Mario Gas, Jordi Dauder, Angels Sanchez, Tàtels Perez, Jordi Andujar, Daniel Tlambors, Joseph Clara, Joseph Mota
Synopsis :
Un professeur de littérature médievale, homosexuel d'âge mûr se sachant condamné par la maladie, décide de léguer, par le biais de son meilleur élève, son héritage spirituel. Mais celui-ci le refuse. Autour de lui, dans une course contre le temps, d'autres personnes se battent, luttent et s'agressent en même temps qu'ils découvrent mutuellement la racine de leurs affections.
Note.
[Ventura PONS n'en est pas à son premier film. Méconnu en France, il a pourtant derrière lui quelque vingt années de cinéma et dix longs métrages. Il a abordé plusieurs fois la question gay au cours de sa carrière, et notamment en 1997 avec "Caresses", adapté lui aussi d'un auteur catalan contemporain : Sergi Belbel. Ces films sont essentiellement des adaptations à l'écran de romans ou de pièces de théâtre. Pons réutilise un matériau imaginé par d'autre, il n'est donc pas auteur à part entière. Et on le sent bien dans Ami/amant. Voilà un exercice de mise en scène bien appliqué, presque scolaire, ou l'adaptation cinématographique, loin de créer une atmosphère propre au réalisateur, n'est guère plus inspirée que celle d'un sitcom. L'adaptation, on l'aura remarqué, a été faite par l'auteur même de la pièce. Et ça se sent : Ce sont une heure et demi de théâtre filmé, de dialogues incessants, sans répit aucun, auquel nous assistons. Comme dans le bon vieux théâtre classique, tout est expliqué par de longs bavardages : vous pouvez regarder le film les yeux fermés !
Le sujet homosexuel est encore traité avec les poncifs si chers au cinéma : un jeune prostitué n'assume son homosexualité qu'à travers des relations tarifées (encore l'équation : homosexualité = prostitution), un professeur d'université d'âge mûr n'a connu que des sentiments d'amour contrariés pour des hétéros (homosexualité = amour impossible) et se retrouve complètement seul (homosexualité = solitude), tributaire des gigolos et se découvrant tardivement un goût immodéré pour la paternité (homosexualité = frustration de ne pas avoir d'enfants). Aucune nuance dans l'approche d'une sexualité différente. On nage encore dans un misérabilisme exacerbé. On ne nous épargne pas non plus l'hétérosexualité rédemptrice avec une fin très "morale" qui recevrait même l'approbation de Boutin.
Le seul intérêt de ce film bavard serait précisément dans son thème central : le désir impérieux de transmettre une part de soi aux générations futures avant sa mort. D'où le titre de la pièce : "Testament". Ce testament est le savoir que le professeur d'université tente de transmettre à l'un de ses élèves dont il s'est entiché. Héritage trop lourd pour le jeune homme qui refuse en bloc toute responsabilité et choisi de faire du cynisme son credo. Ce rapport professeur/élève en tant qu'il devient un rapport père/fils mais aussi un rapport platonique amant/ami est au cœur du film et le fait vibrer malgré tout. Mais, comme si cela ne suffisait pas, deux personnages féminins ont été rajoutés par rapport à la pièce : une élève, tombée enceinte de notre jeune premier, et sa mère. L'intérêt de ces deux personnages est plutôt secondaire, tant d'un point de vu thématique que dramatique, et pourtant, c'est en montage parallèle qu'ils alternent avec le "couple" prof/élève, ne créant que des longueurs. Ces rapports mère/fille très convenus finissent rapidement par nous laisser indifférents. Le film pêche enfin par un "sur-scénarisation" qui casse quelque peu la crédibilité de l'ensemble. On tâchera de faire mieux la prochaine fois.]"A d v e n t i c e - Gabriel de Monteynard"

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...