Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

vendredi 14 décembre 2007

Little Miss Sunshine (2005)


USA
Date de sortie : 06 Septembre 2006
Réalisateur : Jonathan Dayton, Valerie Faris
Producteur : Albert Berger, David T. Friendly, Peter Saraf, Marc Turtletaub, Ron Yerxa
Producteur exécutif : Jeb Brody, Michael Beugg
Scénariste : Michael Arndt
Directeur de la photographie : Tim Suhrstedt
Compositeur : Mychael Danna
Monteuse : Pamela Martin
Directeur artistique : Alan E. Muraoka
Chef décoratrice : Kalina Ivanov
Décoratrice : Melissa M. Levander
Costumière : Nancy Steiner
Superviseur des effets visuels : Adam Avitabile
1er assistant réalisateur : Thomas Patrick Smith
2ème assistant réalisateur : Gregory J. Smith
Réalisateur de 2nd équipe : Thomas Robinson Harper
Directrice du casting : Justine Baddeley, Kim Davis
Comédie, Drame
100 mn
Distribution :
Greg Kinnear (Richard), Toni Collette (Sheryl), Steve Carell (Frank), Abigail Breslin (Olive), Alan Arkin (Grand-Père), Paul Dano (Dwayne), Alissa Anderegg (Sally Kirkwood), Cassandra Ashe (Princesse/papillon), Jerry Giles (Employé Des Pompes Funèbres), Beth Grant (Nancy Jenkins), Lindsey Jordan (Jaime Lagrange), Lauren Shiohama (Miss Californie), Marc Turtletaub (Premier Médecin), Julio Oscar Mechoso (Mécanicien), Steven Christopher Parker (Premier Adolescent), John Walcutt (Deuxième Médecin), Dean Norris (Agent De Police Mccleary), Jill Talley (Cindy), Justin Shilton (Josh), Bryan Cranston (Stan Grossman), Paula Newsome (Linda), Mary Lynn Rajskub (L'Assistante).
Synopsis :
L'histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son ''Parcours vers le succès en 9 étapes''. La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l'hôpital après avoir été congédié par son amant.Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy.Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l'Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus...

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...