Followers

Homosexualité au cinéma


Homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma consiste à montrer au cinéma des situations où l'homosexualité, sous toutes ses formes, est présente et non-dissimulée.

Longtemps quasi-inexistante ou censurée, c'est une thématique qui ne s'est développée vraiment au cinéma qu'à partir des années 1960, marquées par la libération des mœurs.

Plus qu'en littérature peut-être, l'homosexualité a eu au cinéma une fonction marquée de revendication. Cela tient au fait que ce moyen d'expression s'est développé dans cette période de libération des mœurs, mais aussi peut-être à ce que les images permettent de toucher plus directement le public. Néanmoins, la présentation de l'homosexualité, sous toutes ses formes, ne se résume pas à son illustration ou à sa défense. Le tournant en ce domaine, grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute d'atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, avec Harvey Milk de Gus Van Sant, pour lequel Sean Penn remporte l'Oscar du Meilleur acteur, « c'est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être ».

Les formes que peut prendre l'homosexualité au cinéma sont donc, de façon schématique, au nombre de trois :

* revendicatrice : c'est une fonction bien représentée à partir des années 1990. Citons en vrac Fucking Åmål, Before Night Falls, Memento Mori (qui peut paraître timide à des yeux occidentaux mais marque un grand pas en avant en Corée du Sud)

* esthétique : on a un prototype de cette homosexualité « distanciée » avec Persona d'Ingmar Bergman, où tout se résume à un jeu de reflets, d'ombres et d'illusions ; le même fonctionnement se retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch

* jouissive : cette dernière fonction peut inspirer le meilleur comme le pire, du Théorème de Pier Paolo Pasolini au Caravaggio de Derek Jarman en passant par Tabou de Nagisa Ōshima. Il s'agit souvent (mais pas toujours) de films faits par des homosexuels pour un public homosexuel, ce qui les rend parfois un peu répétitifs.

Proches de la fonction revendicatrice mais un peu à part, certains films se contentent de montrer sans vraiment juger, comme My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. (Wikipédia)

mercredi 2 mars 2011

Truman Capote (2005)


Année de production : 2005
Sortie en France 08 mars 2006
Titre originam : Capote
USA
Réalisateur : Bennett Miller
Drame
110 mn

Distribution :

Philip Seymour Hoffman (Truman Capote), Catherine Keener (Nelle Harper Lee), Clifton Collins Jr. (Perry Smith), Chris Cooper (Alvin Dewey), Bruce Greenwood (Jack Dunphy), Mark Pellegrino (Richard Hickock), Amy Ryan (Marie Dewey), Bob Balaban (William Shawn), Kwesi Ameyaw (Portier), Norman Armour (Literary Enthusiast), Marshall Bell (Warden Marshall Krutch), Michael J. Burg (Williams), John B. Destry (Pete Holt), Michelle Harrison (Babe Paley), C. Ernst Harth (Lowell Lee Andrews), Adam Kimmel (Richard Avedon), Tiffany Knight (Gloria Guiness), Jason Love (Guardien), Bess Meyer (Linda Murchak), R.D. Reid (Roy Church), Miriam Smith (Bonnie Clutter).

Synopsis :

En novembre 1959, Truman Capote, auteur de Breakfast at Tiffany's et personnalité très en vue, apprend dans le New York Times le meurtre de quatre membres d'une famille de fermiers du Kansas. Ce genre de fait divers n'est pas rare, mais celui-ci l'intrigue. En précurseur, il pense qu'une histoire vraie peut être aussi passionnante qu'une fiction si elle est bien racontée. Il voit là l'occasion de vérifier sa théorie et persuade le magazine The New Yorker de l'envoyer au Kansas. Il part avec une amie d'enfance, Harper Lee. A son arrivée, son apparence et ses manières provoquent d'abord l'hostilité de ces gens modestes qui se considèrent encore comme une part du Vieil Ouest, mais il gagne rapidement leur confiance, et notamment celle d'Alvin Dewey, l'agent du Bureau d'Investigation qui dirige l'enquête...

Secrets de tournage :

Une nouvelle voie

L'écrivain Truman Capote a ouvert une nouvelle voie dans la littérature américaine avec son roman In Cold Blood (1966), basé sur une histoire vraie. Auparavant, ce type de travaux était réservé aux historiens ou aux journalistes tandis que les écrivains comme William Faulkner se cantonnaient aux fictions.

Breakfast at Tiffany's

L'écrivain Truman Capote est connu pour son livre Breakfast at Tiffany's paru en 1958. Audrey Hepburn va immortaliser son héroine, la croqueuse de diamants Holly Golightly, dans le Diamants sur canapé de Blake Edwards.

De sans froid, première

En 1967, Richard Brooks a adapté le livre de Truman Capote, In Cold Blood, au cinéma. Filmé en noir et blanc, In Cold Blood réunissait les acteurs professionnels Robert Blake et Scott Wilson mais également sept des jurés de l'affaire et l'exécuteur public des meurtriers du Kansas ! Cette adaptation a été nominée pour 4 Oscars : meilleur film et meilleure adaptation pour Richard Brooks, meilleure photographie pour Conrad L. Hall et meilleure musique pour Quincy Jones .

Adapté à la télévision

L'histoire de Truman Capote a été adaptée à la télévison pour un téléfilm par Jonathan Kaplan en 1996 qui y dirigeait Sam Neill dans le rôle de Dewey et Eric Roberts et Anthony Edwards dans ceux de Smith et Hickock.

D'après la biographie de Gérald Clarke

Truman Capote est une adapation de la biographie homonyme écrite par Gerald Clarke . Le journaliste a régulièrement rencontré Truman Capote et a sillonné l'Europe et les Etats Unis pour obtenir des informations. Il s'est notamment rendu au Kansas où il a rencontré tous les protagonistes du fait divers qui avait inspiré Truman Capote dans De sang froid. Gerald Clarke a mis treize ans pour terminer la biographie de Truman Capote et a collaboré avec le scénariste, Dan Futterman et avec Philip Seymour Hoffman pour les besoins du film.

Une amitié de longue date

Philip Seymour Hoffman a rencontré la réalisateur de Truman Capote, Bennett Miller, et le scénariste Dan Futterman en 1984 lors d'un atelier d'été de théâtre.

Récompense

Philip Seymour Hoffman obtenu le Golden Globe du Meilleur acteur dans un drame pour son rôle dans Truman Capote.

Philip Seymour Hoffman à la fois interprète et producteur

A la fois producteur et interprète principal de Truman Capote, Philip Seymour Hoffman est très impliqué dans le projet : "C'est une responsabilité effrayante. Le bon côté des choses, c'est que vous restez en permanence dans le rythme et le sujet. J'avais aussi d'excellents partenaires, Catherine Keener, Clifton Collins Jr. et tous les autres."

Un rôle de composition

Philip Seymour Hoffman a du se préparer pour interpréter le rôle de Truman Capote dont il ne connaissait finalement que peu de choses. L'acteur a passé entre une et trois heures par jour pendant six mois à tout étudier de la personnalité et l'apparence physique de son personnage : "Travailler sur ces détails techniques n'est pourtant pas ce qui m'intéressait le plus. A mon sens, les vrais enjeux sont humains. Il fallait se concentrer sur l'histoire, faire passer tous les sentiments qu'elle aborde. Si cette démarche-là n'est pas celle qui prime, tous les artifices techniques que vous emploierez ne serviront à rien."  (Allocine)


Bande-annonce.


Truman Capote Bande annonce vost publié par CineMovies.fr - Les sorties ciné en vidéo

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...